lundi 9 avril 2012

Couleur Cahors 02

 Article mis à jour le 09 mars 2018 
Cahors : Cathédrale Saint-Étienne.
Cahors : Maison, 49 boulevard Léon Gambetta (face au Palais de Justice).

Le plus beau temps du monde


L’été respire au bout de ce récif de toits,
L’été de ton amour plein de mélancolie,
L’été qu’on voit mourir un peu dans chaque jour
Qui roule jusqu’ici ses falaises de suie.
Églogue fatiguée, l’on entend la chanson
Très pure d’un oiseau au milieu du silence.
Regarde s’enfuir le plus beau temps de la vie,
Le plus beau temps du cœur, la mortelle saison
De la jeunesse aux noirs poisons. Voici la route,
Ce saut de feu dans le délire des cigales
Et de bons parapets pour reposer tes bras.
Dans le ciel campagnard meurt le maigre charroi,
S’envolent les décors barbares des passions :
Petits balcons de fer écumant d’églantines,
Escalades des murs titubants, dérision
Des dorures, outremer houleux des orages.
Tu ne reconnais plus ces folles mousselines
Dans tout ce bleu que fait resplendir sans raison
Chaque matin, parmi plusieurs enfantillages,
L’été de ton amour, la saison du bonheur.

Tu regardes s’enfuir le plus beau temps du monde.

Albert AYGUESPARSE (poète belge, 1900-1996)
Le vin noir de Cahors, poèmes (Seghers 1957)





















 Sources et ressources : 
Au Lycée Papillon, version cadurcienne.
Couleur Cahors 01, sur l'air de Couleur café de Serge Gainsbourg.
Eugène Grangier, le poète oublié.
L'ancienne gare de Cahors, la poésie du chemin de fer.
Le boulevard, le vrai forum de Cahors.
Léon Bouzerand, photographe.
Émilie Cadiou, la Mangeuse d'accordéon.
Émile Parisien, le saxophoniste. >>> YouTube.


Blason Ville Cahors fr (Lot)