lundi 8 avril 2013

Et pourtant, ils tournent !

Article mis à jour le 05 mai 2017
Gramophone "La voix de son maître"
Quelques mots d'introduction avec la bande annonce d'un film de Fabrice Michel, L'industrie du son :
Mémoriser et transmettre
L'écriture et la peinture parlent à l'œil. L'imprimerie et la gravure ont été les premiers outils de mémorisation et de vulgarisation du savoir et de la culture.
Bruit, écho, onomatopée, voix et musique charment l'oreille. Et l'homme rêve de les reproduire, de les enregistrer et de les diffuser...
Les carillons et les orgues mécaniques, les automates seront les premiers mécanismes capables de reproduire des sons.
A la fin du 18ème siècle, Antoine Favre (1768-1828), horloger à Genève invente la boîte à musique à peigne. La fabrication s'y développe dans la première moitié du 19ème siècle. Puis les sites de production se déplacent plus au nord dans la région de Sainte-Croix.
A partir de 1880 et pour une cinquantaine d'années, Leipzig va devenir le centre mondial de la fabrication d'instruments de musique mécanique. En 1885, Paul Lochmann dépose le brevet d'une boîte à musique avec disque perforé en étain, le Symphonion.

Premiers enregistrements
En 1807, Thomas Young (1773-1829) met au point un dispositif permettant d'enregistrer les vibrations d'un diapason sur un cylindre en rotation recouvert de noir de fumée.
En 1857, Edouard-Léon Scott de Martinville (1817-1879) dépose le brevet d'invention du Phonautographe. A l'aide d'un pavillon, d'un diaphragme et d'un stylet, il pouvait enregistrer des vibrations acoustiques sur un cylindre de Young. Un procédé chimique permettait de fixer le tracé.
En 1860, il enregistrait les premiers mots de la chanson "Au clair de la lune" sans pouvoir les réécouter. Les ingénieurs de la société First Sounds crée en 2007 ont pu reproduire son enregistrement.
En avril 1877, Charles Cros (1842-1888) envoie une note à l'Académie des sciences sur un "Procédé d'enregistrement  et de reproduction des phénomènes perçus par l'ouïe", le Paléophone (La voix du passé).
En juin de la même année, Emile Berliner (1851-1929) dépose le brevet du premier microphone.
Et en décembre, Ernst Werner von Siemens (1816-1892) dépose le brevet d'un haut-parleur à bobine mobile.

La reproduction sonore
Le Phonographe
C'est également en décembre 1877 que Thomas Edison (1847-1931) dépose le brevet du Phonographe.
Son invention permet un enregistrement de 2 minutes à l'aide d'un stylet qui grave par repoussage les vibrations acoustiques sur un cylindre recouvert d'une feuille d'étain. Le procédé inverse reproduit les sons de l'enregistrement. Thomas Edison destinait son appareil à la dictée du courrier, l'apprentissage des langues et la reproduction de la musique.
Il sera en 1892 le principal actionnaire de General Electric Corporation.
 Séance d'enregistrement à l'aide d'un phonographe (1916)
Le Graphophone
Alexander Graham Bell (1847-1922), inventeur du téléphone (entre 1874 et 1876) s'associe à son cousin Chichester Bell et à Charles Tainter au sein du Volta Laboratory pour fabriquer le Graphophone. Ils déposent plusieurs brevets entre 1885 et 1887. Leur principale amélioration par rapport à la machine de Thomas Edison est l'emploi d'un tube de carton amovible enduit de cire au lieu d'une feuille d'étain. Un mécanisme d'horlogerie et par la suite un moteur électrique remplacent la manivelle. Comme chaque cylindre est un exemplaire unique et que leurs appareils ont un coût élevé, Bell et Tainter les destinent à la bureautique et envisagent d'utiliser leurs Graphophones pour envoyer des lettres parlées par voie postale.
En 1888, Joseph H. Pippincott fonde la North American Phonograph Company pour vendre les produits d'Edison et de Bell.
La même année, Edward Denison Easton (Sténographe), crée la Columbia Graphophone Company afin de vendre des appareils, présentés comme des dictaphones aux administrations américaines.
Le Gramophone
A partir de 1887, Emile Berliner travaille à la mise au point d'un nouveau dispositif d'enregistrement. Il abandonne l'idée du cylindre pour un support plat, un disque qui sera d'abord en zinc recouvert d'une couche de laque, puis en ébonite et enfin réalisé avec un matériau à base de gomme-laque, matériau qui est breveté en 1897. La gravure n'est plus verticale, mais latérale. Ces nouveaux procédés facilitent la réalisation de copies et Berliner est convaincu que l'avenir est à la musique enregistrée. Parallèlement à ces travaux il construit les premiers Gramophones qui permettent de reproduire les enregistrements de ses disques phonographiques. La commercialisation débute en 1893, et Emile Berliner crée la Berliner Gramophone Company.
Gramophone Berliner
En 1899, Emile Berliner enregistre comme marque commerciale le portrait, peint par Francis Barraud, du chien Nipper écoutant un gramophone.
Quelques années plus tard, la compagnie Victor Talking Machine (1901-1929) créée par Eldridge Johnson acquerra les droits de l'image pour l'Amérique.

Le disque
" Un disque, c'est trois minutes de silence décorées par un artiste. " Charles Cros.
A la fin du 19ème siècle :
La vente des machines parlantes dans le secteur de la bureautique est un échec et plusieurs entrepreneurs décident de transformer les phonographes et les graphophones en machines à sous qu'ils installent dans les halls d'hôtel, les bars et les foires où les curieux viennent écouter des sons de médiocre qualité.
Thomas Edison et Emile Berliner (en partenariat avec Eldridge Johnson) travaillent à l'amélioration de leurs équipements respectifs et de la qualité de leurs enregistrements sonores. Ils visent maintenant le marché domestique.
1889 : Thomas Edison est à l'Exposition Universelle de Paris pour présenter son phonographe (ainsi que sa lampe à incandescence).
1892 : Publication du Château des Carpathes, un roman de Jules Verne et un voyage extraordinaire dans le monde des nouvelles technologies : l'électricité, les télécommunications, l'enregistrement du son et de l'image, l'hologramme...
1893 : Columbia prend le contrôle de la société de Bell et Tainter.
1896 : Les ingénieurs de Columbia mettent au point l'Eagle. C'est un appareil à cylindre de métal entrainé par un ressort qui peut recevoir les cylindres d'Edison. Il utilise un saphir pour l'enregistrement et la lecture. Son prix représente deux fois le salaire hebdomadaire moyen d'un ouvrier. En réaction, Edison lance sur le marché un appareil similaire, le Gem.
En France (de 1894 à 1897) les frères Pathé commencent à fabriquer leur propres appareils (sur la base du Phonographe d'Edison) et à faire des enregistrements. En 1905, ils créent le logo du coq gaulois et l'année suivante ils abandonnent le cylindre pour le disque. En 1928, leur société sera racheté par Columbia qui fusionnera avec EMI (Electric and Musical Industries) en 1931.
1898 : L'ingénieur danois Valdemar Poulsen invente l'ancêtre du magnétophone.

Dans les années 1900, les trois principales maisons de disques sont Edison, Victor et Columbia.
1903 : Création du label Odeon Records à Berlin.
1913 : Edison, à son tour, abandonne le cylindre au profit du disque.
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la vente des disques est en plein essor.
1918 : Le brevet du disque à gravure latérale que détenait Emile Berliner vient à expiration.
1919 : General Electric (avec AT&T) crée Radio Corporation of America ou RCA.
1920 voit l'avènement de la TSF. Les premières émissions quotidiennes débutent en Angleterre, en Russie et en Amérique. Les parisiens attendront encore deux ans pour écouter les émissions de la station Radiola créée par SFR.
Au cours des années 1920 et jusqu'au milieu des années 1930, la qualité acoustique de la radio est très médiocre et reste inférieure à la qualité musicale de la plupart des gramophones.
>>> Histoire de la radio - Wikipédia.
>>> Jagadish Chandra Bose, un pionnier de la radio.
Ces années de l'entre deux guerres voient aussi l'ouverture de pages pour la critique discographique dans les périodiques généralistes.
Années 1920 toujours, la majorité des disques sont des "double face". 
En 1924, la Victor Talking Machine rachète la Berliner Gramophone Company.
Pour plus d'informations sur les entreprises qui ont fabriqué ou distribué des disques entre 1878 et 1924, voir : Une chronologie de l'industrie du son.
1925 est l'année de la révolution électrique.
- L'enregistrement électrique va remplacer l'enregistrement acoustique.
- La vitesse de rotation des disques est normalisée à 78 tr/min.
- Naissance de la télévision avec le système mécanique de John Logie Baird.
1926 : Premiers électrophones avec amplificateur à lampes triodes (lampe à 3 électrodes, inventée par Lee De Forest en 1906).
1937 : John Logie Baird expérimente l'enregistrement d'images sur un gramophone.
En 1929 :
- RCA rachète la Victor Talking Machine et crée RCA Records.
- La production des cylindres est abandonnée.
En 1930 on compte en France plus de 800 commerçants spécialisés dans la vente d'appareils et de disques. Et les principales compagnies sont : Gramophone, Columbia, Decca, Ultraphone, Ducretet et Salabert.
1931 :
- RCA commercialise les premiers disques 33 tours en vinyle. Mais le succès n'est pas au rendez-vous et la fabrication est interrompue au bout de deux ans. 
- EMI naît de la fusion de Columbia et de Gramophone. Peu après, le groupe réalise les premiers enregistrements stéréophoniques.
1939 :
- Alex Steinweiss, premier directeur artistique chez Columbia, est le doyen des artistes qui contribuèrent à la mise en valeur des pochettes de disques.
- Alfred Lion et Francis Wolff, deux juifs berlinois fuyant le nazisme, créent à New-York le label de jazz Blue Note Records.
1944-1945 : Création de la Discothèque de Radio France. Elle contient aujourd'hui plus d'un million et demi de supports, cylindres, hors format, 78, 45 ou 33 tours, CD... Et Radio Vinyle d'en faire bon usage...
1948 : Columbia commercialise le disque vinyle microsillon (Largeur du sillon= 0,07 mm) 33 tours.
1949 : RCA commercialise le disque vinyle microsillon 45 tours.
Années 50 :
- En occident, le disque 78 tours est supplanté par le disque vinyle 33 et 45 tours.
- Les maisons de disques indépendantes dominent le marché.
- Pour plus d'informations sur les évènements liés au développement de l'enregistrement sonore entre 1845 et 1950, voir : Une chronologie de la technologie du son.
1951 : Pathé-Marconi presse ses premiers disques microsillon.
1956 : IBM commercialise le premier disque dur, le RAMAC 350. Les disques ont un diamètre de 24 pouces. La capacité de stockage est d'environ 5 Mo.
1964 : Philips lance le magnétophone à cassette.
1967 : Mise au point par Alan Shugart, ingénieur chez IBM, de la disquette 8 pouces (disque-mémoire) permettant de recharger un microprogramme sur les calculateurs. Cette disquette est aussi appelée disque souple et floppy disk en anglais. Elle sera commercialisée munie d'une enveloppe de protection à partir de 1971.
1972 : Philips commercialise le premier magnétoscope à cassette.
1976 : La société créée par Alan Shugart et les laboratoires Wang fabriquent une nouvelle génération de disquettes au format 5 pouces 1/4. Plus petites, moins coûteuses.
1977 : Dans le but d'explorer notre système solaire, la NASA lance deux sondes spatiales, Voyager 1 et 2. A leur bord : un disque microsillon en cuivre plaqué or de 30 cm (12 pouces) de diamètre contenant des sons, de la musique et des images qui dressent un portrait de notre Terre. Une belle entreprise de communication orchestrée par Carl Sagan afin de lever des fonds pour financer ce projet spatial.
1978 : Le Laservision est le premier système (analogique) de disque vidéo. Dans les années suivantes, le format est amélioré et devient le Video CD (VCD) ou Laserdisc (numérique).
1980 : On s'inquiète déjà de la baisse des ventes des 33 et 45 tours. On cria haro sur la cassette audio et Jean-Philippe Lecat, ministre de la Culture, parla (au Midem) de piratage, de copies privées et de manque de créativité.

La révolution numérique et la dématérialisation
Années 1980 = Baladeur, Disquette et Disque compact :
Le Walkman est un appareil portatif qui permet d'écouter des cassettes audio, créé en 1979 par Sony. En fait, Andreas Pavel déposait des brevets sur un appareil similaire, le Stereobelt, dés 1977.
Pour les disquettes, un nouveau format s'impose : le 3 pouces 1/2 de Sony avec une capacité maxi de 1,44 Mo.
Le Compact Disc-Digital Audio (CD-DA) est lancé en 1982. Il a été développé par Philips et Sony. Puis le CD se spécialise : CD-Rom pour l'informatique (1985), CD-I pour le multimédia, Photo-CD pour la photographie et Vidéo-CD pour les images filmées.
1983 : 1er mars, le CD arrive en France.
1985 : Disque magnéto-optique.
1988 : Les ventes de CD dépassent celles des vinyles. Et une nouvelle idée reçue est née : le "laser" est présenté comme inusable... En fait son espérance de vie est de 20 à 30 ans.
1991 : Sortie du Floptical, une disquette au format physique de 3 pouces 1/2 utilisant un procédé magnétique pour l'enregistrement et un système optique pour aligner les têtes de lecture. Sa capacité est de 21 Mo.
1992 : Technologie ATOMM de Fujifilm.
1994 : La société Iomega propose les disquettes Zip dont la capacité de stockage va de 100 à 750 Mo. Leur lecteur est généralement un périphérique externe relié à l'ordinateur.
Voir aussi : Le SuperDisk LS-120 et LS-240.
1995 : Apparition des graveurs pour CD enregistrables (CD-R - Compact Disc Recordable).
A la fin de l'année 1995, nait un nouveau format : le Digital Versatil Disc (DVD), un disque numérique polyvalent.
1997 : Le CD réinscriptible (CD-RW - Compact Disc ReWritable) fait son apparition sur le marché.
1998 : Sony lance le HiFD, mais ce sera un échec.
1999 : Sony commercialise le Super Audio CD.

Depuis le début des années 2000, le vinyle connait un renouveau...
Dans les années 2000, Nintendo distribue ses jeux vidéos sur un format spécial de disque optique.
2003 : Le Blu-ray.
2004 :
- Clé USB (mémoire flash).
- Mise au point par Sony de l'UMD (Universal Media Disc).
- Iomega propose une nouvelle solution de stockage, le disque (ou cartouche) REV (comme REVolution). Le lecteur intègre l'électronique et la tête de lecture. La cartouche contient un plateau magnétique en verre.
2006 : Commercialisation des premiers SSD (Solid State Drive) appelés à remplacer les disques durs. Un SSD stocke les données sur de la mémoire flash.
Le Century Disc : un disque en verre ou en céramique fait pour durer... 100 ans. Est-ce cette fois un réel progrès technique ou un nouveau mensonge marketing ?
2010 :
- Publication du rapport d'un groupe de travail commun, Académie des sciences et Académie des technologies : Longévité de l'information numérique - Les données que nous voulons garder vont-elles s'effacer ? L'étude montre que les différents supports physiques ne sont pas fiables, surtout quand ils sont réinscriptibles. Retour à l'analogique ?
>>> Un article de Canal Académie : La vie limitée des disques durs, clés USB, CD et DVD.
- Après Hitachi et Mitsubishi, Sony annonce la fin de la production des disquettes 3 pouces 1/2 devenues obsolètes avec l'utilisation des CD-RW, des clés USB et des services de stockage en ligne.
2011 :
- Le M-Disc, fait pour durer 1 000 ans...
- Création, en France du Disquaire Day.
2012 : 3 sociétés se partagent l'essentiel du marché du disque :
- Universal Music Group
- Sony Music Entertainment - Les disques Columbia de 1887 à 2012 : frise interactive.
- Warner Music Group
Frise chronologique (Cliquez sur l'image pour l'agrandir ou voir l'article Wikipedia)

2013 :
- Sortie (en septembre) des albums studio de Mylène Farmer en édition Vinyle Picture-Disc.
- Confirmation du renouveau du vinyle qui en Angleterre enregistre ses meilleures ventes depuis 10 ans. Le tourne-disque revient en vitrine.
- Technologie UltraViolet.
2014 :
- Les informations du Nielsen SoundScan qui suit les ventes des produits musicaux en Amérique du Nord sont les suivantes :
Écoute de morceaux en streaming (Spotify, Deezer, YouTube etc...) : 164 milliards (+54% par rapport à 2013)
Albums vendus (tous supports confondus) : 257 millions (-11% par rapport à 2013)
Vinyles vendus : 9,2 millions (+52% par rapport à 2013) - Dans Sources et ressources, voir Dust & Grooves et Vinyle mania.

Bonus :
1- Il était une fois... les technologies du passé, ou des enfants de l'école St Grégoire le Grand de Montréal au Québec face aux anciennes nouvelles technologies :

2- Information de dernière heure :
Aux confins de notre Galaxie, des Extraterrestres viennent de trouver le gramophone
et le disque "The Sounds of Earth" placés dans l'une des sondes Voyager :
- C'est un appel au secours des Terriens !
- Pourvu que nous arrivions à temps ! *
(* La conversation a été captée par l'un des services de renseignement français et traduite à l'aide des travaux de Hélène Smith alias Catherine Élise Müller.)
3 - La voix de son maître :
Herbert Ponting (1870-1935) - Le photographe (et le cinéaste) de la British Antartic Expedition menée entre 1910 et 1913 par Robert Falcon Scott.

Sources et ressources :
A.A.I.M.M. Association des Amis des Instruments et de la Musique Mécanique.
>>> La poupée phonographe par Jalal Aro et Jean-Pierre Arnault.
CIMA Musée de boîtes à musique et d'automates, et la Visite guidée du musée par un jurassien.
Dust & Grooves d'Eilon Paz. Depuis 2008, ce photographe voyage au pays du vinyle.
Encyclopédisque 40 ans de disques vinyles.
First Sounds Les tout premiers enregistrements sonores.
Hervé David Superbe site d'un chanteur-collectionneur.
La conquête de l'ubiquité, 1928 - Paul Valéry (1871-1945) : " ... Comme l'eau, comme le gaz, comme le courant électrique viennent de loin dans nos demeures répondre à nos besoins moyennant un effort quasi nul, ainsi serons-nous alimentés d'images visuelles ou auditives, naissant ou s'évanouissant au moindre geste, presque à un signe... "
La Phonobase Enregistrements publiés en France et en Europe de 1888 à 1914.
Le blog du disque vinyle Vous saurez tout sur le vinyle.
Le Gramophone virtuel Bibliothèque et Archives Canada.
Les disques rayés Le blog musique de François Gorin.
Les Gramophones portables.
Liste de labels indépendants.
Lutèce Créations Création, fabrication et distribution d’automates, de mécanismes musicaux et de boîtes à musique.

Musée des sons en voie de disparition.
Peinture sur disques vinyles Daniel Edlen
Phonorama, le site dédié aux phonographes à cylindres.
Recyclage des disques vinyles Ciloubidouille.
Vidéos YouTube (Chaîne MusicBoxBoy).
Vidéos YouTube (Chaîne Phonogalerie).
Vinyle mania, une enquête de Laurent Rigoulet - Télérama.



Enregistrer un commentaire