lundi 21 mai 2012

Nino Ferrer, l'amateur*

Article mis à jour le 30 mai 2016
* du latin amator, celui qui aime.

"  Moi je ne veux pas être un produit, je veux faire mon truc artisanalement, comme je le sens, et passionnément."
" J’écrirai sans doute des chansons pour quelqu’un d’autre, mais je n’aurai pas envie de les chanter moi-même, parce que la célébrité je ne suis pas fait pour ça…"

Nino Ferrer est un chanteur-auteur-compositeur, amateur de jazz et un peintre.
Il né le 15 août 1934 à Gênes, et mort le 13 août 1998 à Montcuq.
En 1963, il enregistre son premier disque. La chanson C'est irréparable, (Un an d’amour ), dans sa version espagnole Un año de amor, sera présente sur la bande originale de Talons aiguilles, film de Pedro Almodóvar réalisé en 1991.
En 1965, il se fait connaître avec Mirza. Son humour surréaliste le classe parmi les chanteurs frivoles… A son grand regret.
De plus, Nino Ferrer le chante en 1969 : « Si j'aurais pu, j'aurais aimé / Vivre à la campagne toute l'année. »   Je vends des robes
La maison près de la fontaine, (1972) se vend à plus de 500 000 exemplaires.
La chanson Le Sud, tube de l'été 75, lui permet d'acquérir une bastide, dans la région des Vaux, près de Montcuq, qu'il équipe d'un studio d'enregistrement. Marginal, il se fait de plus en plus rare à la télévision. Son tempérament entier lui vaut un véritable boycott médiatique…
Le retour et « La Désabusion ». (Mai 1993)
En juillet 1998, sa mère Mounette meurt à l'âge de 86 ans. Un mois après, alors qu'il avait commencé à enregistrer Suite et fin qu'il considérait comme son dernier album, le chanteur se tire une balle dans le cœur, dans un champ situé à quelques kilomètres de chez lui.
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé
Juste à la place du coeur
Y'avait trois gouttes de sang
Qui faisaient comme une fleur
Comme un p'tit coquelicot...
   Marcel Mouloudji

Hommage-vidéo : Soir3 - 13/08/1998

Une chanson-hommage, par Stéphane Ternoise.

Quelques pas en compagnie de Nino Ferrer : Office de tourisme de Montcuq.

Nino Ferrer décrypté :
Film (durée 1 heure) diffusé en août 2008 à l'occasion des dix ans de la disparition de Nino Ferrer :
On dirait Nino Ferrer de Caterina Profili avec Richard Bennett, Nancy Holloway, Bernard Estardy, Yves Bigot, Manu Dibango, Paul Personne, Hervée de Lafond, Denise Glaser.
Ce documentaire dresse le portrait du chanteur qui n'a jamais été aimé pour ce qu'il était vraiment.
Le film explore son parcours dans la musique, sa percée, les anecdotes de la genèse de certaines chansons mais aussi ses expériences en Angleterre avec un groupe de rock ou bien ses trois années passées en Italie.
Sa retraite dans sa bâtisse du XVe siècle et sa rupture avec le show-biz sont aussi évoquées.
C'est le portrait d'un personnage brillant, complexe et écorché vif qui apparaît.


Nino, une adolescence imaginaire de Nino Ferrer, un film de Thomas Bardinet sorti en salle en avril 2012.
Clins d’œil aux chansons de Nino Ferrer.
Hommage.
Fil rouge :  la chanson L'arbre noir
« J’ai cherché dans ses chansons, et dans les émotions qu’elles faisaient naître en moi, les histoires qui s’y cachaient. » Thomas Bardinet.

Site officiel de Nino Ferrer
La maison près de la fontaine
Couverte de vigne vierge et de toiles d'araignée
Sentait la confiture
Et le désordre et l'obscurité
L'automne, l'enfance, l'éternité...
Pochette réalisée par Frank Margerin.



Enregistrer un commentaire