dimanche 1 décembre 2013

Parlez-vous français ? Leçon n° 2

Article mis à jour le 25 juin 2017

Calvin par Bill Watterson (né en 1958).

Aujourd'hui : Une courte histoire de la langue française.


"Dans l'histoire, pas de débuts ni de fins. Ce sont les livres historiques qui commencent et finissent, non pas les évènements dont ils parlent." Robin George Collingwood (1889-1943) - Historien et philosophe.
Où situer la limite entre l'Antiquité et le Moyen Âge ? En 395, à la mort de l'empereur Théodose 1er; en 476 à la chute de l'Empire romain d'Occident ou en 565, à la mort de Justinien le Grand, empereur byzantin ? Ces époques restent liées.
Il en est de même pour une langue. Ainsi ce n'est pas le latin puis brusquement le moyen français, mais une langue qui évolue durant plus de 1 000 ans.

Nos ancêtres les Romains
" Ils sont fous, ces Romains ! " Obélix - "Français" moyen.
Qui a eu cette idée folle, un jour, d'envahir la Gaule ?
C'est ce sacré Jules César. Entre 58 et 50 av. J.-C.
A cette époque l'aristocratie romaine s'exprimait et écrivait en latin et en grec.
Le latin supplantera le grec sous le règne de l'empereur Constantin 1er (272-337).
Les soldats et les marchands romains parlaient le latin populaire.
Le latin (la langue-mère du français) est issu de la branche italique (ou romane) des langues indo-européennes.
Les Gaulois parlaient le gaulois qui fait partie du groupe celtique continental des langues indo-européennes.
Il aurait été couramment parlé durant une période allant environ de 300 av. J.C. à 200 ap. J.C. sur un territoire débordant largement les frontières actuelles de la France.
Le gaulois s'est écrit dans trois alphabets : l'étrusque, le grec et le latin. Mais il était interdit de noter par écrit l'enseignement des druides. Leur dessein était de favoriser l'exercice de la mémoire et d'empêcher la divulgation de la doctrine aux non-initiés. Nous ne saurons donc probablement jamais rien de la mythologie gauloise.

Le calendrier de Coligny (fragments découverts en France en 1897 et datés du 2e siècle).
Un texte de plus de 2 020 lignes. La plus longue inscription gauloise connues à ce jour et le seul témoin matériel que nous ayons de la science des druides.
Coligny-closeup.jpg 
  Détail 
En 1956 le linguiste Joseph Vendryes (1875-1960) présentait à l'Académie une communication sur une importante fabrique de poteries située en Lozère qui fonctionnait au 1er et au 2e siècle de notre ère. Des fouilles du 20e siècle ont mis au jour des poteries, des céramiques fines et décorées destinées au service à table avec inscriptions en langue gauloise.

Le groupe celtique insulaire (Grande Bretagne et Irlande) donnera naissance au breton, une langue qui sera parlée en Bretagne suite à une immigration continue entre 300 et 450 ap. J.C. Obélix et son copain Astérix ne parlaient donc pas le breton.
Le Manuscrit de Leyde (datant de la fin du 8e siècle, ou du début du 9e.)
Il s'agit d'un traité de médecine où se mêlent le latin et le breton
(une trentaine de mots techniques substitués aux mots latins correspondants).
L'Empire romain. Source : Wikimedia
Lors de la conquête de la Gaule par les armées de Jules César, le Midi et la vallée du Rhône sont déjà depuis plus de cinquante ans sous influence romaine (voir carte ci-dessus).
Ce mélange des civilisations romaine et gauloise va donc se poursuivre et donner naissance à la civilisation gallo-romaine. Une colonisation réussie ? Une osmose heureuse de deux entités très proches l'une de l'autre.
Les élites gauloises furent les meilleurs agents de la romanisation. Et la Table claudienne, une plaque portant la transcription d'un discours prononcé en 48 ap. J.C. par l'empereur Claude (né à Lyon), rappelle que celui-ci était favorable à l'entrée de notables gaulois au Sénat romain. Par snobisme, les élites gauloises se mettent à parler le latin. Elles envoient leurs enfants étudier à Rome. Le processus de romanisation a d'abord conduit les Gaulois à écrire leur langue avec l'écriture latine avant de passer à l'usage exclusif du latin pour la rédaction de documents administratifs, d'inscriptions commerciales et de textes religieux. Peu écrite et de moins en moins parlée, la langue gauloise finit par être complètement oubliée vers la fin du 5e siècle...

Migrations germaniques
A la fin du 2e siècle, les avantages de la paix romaine commencent à se dégrader. Les désordres causés par des conflits militaires autour du pouvoir impérial affaiblissent la protection des frontières. Notamment celle du Rhin. Ainsi vers le milieu du 3e siècle, les Francs (nommés barbares parce qu'ils ne parlent pas latin) pénètrent en Gaule et se dirigent en direction du Centre et de la péninsule ibérique. Des traités d'alliance transforment les pillards en paysans ou en soldats de l'armée romaine. Une population minoritaire parlant le francique s'installe en Gaule et un nouveau mélange de cultures commence...

La christianisation
Commencée dans le sud à la fin du 1er siècle, elle s'étend à toute la Gaule quand Constantin 1er (272-337) fait du christianisme une religion d'état. Le latin est la langue de communication entre les prêtres et les fidèles et garde alors de l'influence auprès de la population illettrée.

Les invasions barbares des 4e et 5e siècles >>> Carte.

Expansion de l'Empire Franc de 481 à 814. (Source)

Charlemagne (742-814), (savait-il lire et écrire ?), décide de favoriser la diffusion des connaissances en développant l'usage de l'écrit et de la langue latine. Le latin médiéval devient une langue internationale. Vers 770 apparait et commence à se propager une nouvelle écriture, la minuscule caroline, qui permet de gagner en lisibilité.

Le concile de Tours de 813
Les évêques réunis par Charlemagne (742-814) décident que dans l'Empire, les sermons ne seront plus prononcés en latin mais en langue romane ou germanique afin d'être compris de tout le monde.

Les serments de Strasbourg (842)
Charles le Chauve et Louis le Germanique contre leur frère ainé, Clothaire 1er.
Tous les trois, petits-fils de Charlemagne.
L'ainé revendique le titre d'empereur d'Occident. Alors les cadets se liguent contre lui.
Voici un extrait du serment de Louis le Germanique :
Le texte est en langue neutre, en roman, encore proche du latin vulgaire :
Pro deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d'ist di in avant, in quant deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo, et in aiudha et in cadhuna cosa sicum om per dreit son fradra saluar dift.
Évolution (de la 2e partie) de la phrase selon le philologue Ferdinand Brunot (1860-1938) :
- Au 12e siècle =
... si salverai jo cest mien fredre Charlon, et en aiude et en chascune chose, si com on par dreit, en ço que il me altresi façet.
- Au 15e siècle =
... si sauverai je cest mien frere Charle, et par mon aide et en chascune chose, si comme on doit par droit son frere sauver, en ce qu'il me face autresi.
En français moderne (toute) la phrase devient :
Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et pour notre salut commun, à partir de maintenant, en ce que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je soutiendrai mon frère Charles de mon aide et en toute chose, comme on doit justement soutenir son frère, à condition qu'il en fasse autant.
Charles le Chauve fait un serment équivalent, mais rédigé en langue germanique afin d'être compris par ses alliés de l'est de la Francie.
Les hostilités cessent en 843 avec le traité de Verdun.

La Cantilène de sainte Eulalie (vers 882)
Le plus vieux poème rédigé en langue romane (en fait en dialecte picard-wallon).
Cette cantilène raconte le martyre de sainte Eulalie de Mérida.

Vaudès, un riche marchand lyonnais, vendit vers 1170 tous ses biens et utilisa une partie de sa fortune pour financer la traduction des Évangiles en provençal.

Oppositions aux traductions de la Bible
Au début du 13e siècle le pape Innocent III (1160-1216) demande que l'on réprime ceux qui traduisent la Bible en langue vulgaire.
Le concile de Toulouse de 1229 interdit aux laïcs la possession des livres de l'Ancien et du Nouveau Testament (même en latin) mais tolère qu'ils possèdent un psautier rédigé en latin.

La guerre de Cent Ans (1337-1453)
C'est une série de guerres entrecoupées de longues trêves qui a opposé la France à l'Angleterre. L'une de ses conséquences est la naissance du sentiment national accompagnée d'une rupture linguistique. Le français était alors la langue de la cour d'Angleterre. Si les Français ne peuvent pas obéir aux Anglais, c'est parce qu'ils ne comprennent pas leur langue. Lors de son procès, Jeanne d'Arc est questionnée à propos de la "voix" qu'elle dit entendre :
- " Cette voix est belle et douce et humble, et elle parle français. "
-   Elle ne parle donc pas anglais ?
- " Comment parlerait-elle anglais, puisqu'elle n'est pas du parti des Anglais ? "

Le moyen français
On appelle ainsi la langue romane qui est parlée à la fin du Moyen Âge par le peuple mais méprisée par les religieux et les savants, qui eux restent fidèles au latin.
François Villon (1431-1463 ?) - Le Testament (1461) - Extrait :
Bien sçay, se j'eusse estudïé
Ou temps de ma jeunesse folle
Et a bonnes meurs dedïé,
J'eusse maison et couche molle ...
Mais quoy ! je fuyoie l'escolle
Comme fait le mauvaiz enffant.
En escripvant ceste parolle,
A peu que le cueur ne me fent.

 
>>> Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500). Projet conçu par Robert Martin (né en 1936), linguiste et médiéviste.

Johannes Gutenberg (~1400-1468) et son imprimerie révolutionne la diffusion de l'écriture. Entre 1452 et 1455, 180 exemplaires de la Bible seront imprimés en latin et en caractères gothiques.
En 1471, Louis XI inaugure l'imprimerie de la Sorbonne. Une arme politique et un instrument pour l'éducation.

La Renaissance et l'Antiqua
La Renaissance qui se réfère au passé et s'inspire de l'art gréco-romain voit apparaitre une nouvelle police d'écriture, l'Antiqua (aux lignes arrondies et non plus brisées comme dans l'écriture gothique), qui deviendra l'écriture standard des langues qui, comme le français, se sont développées à partir du latin.

La langue de François Rabelais (1494-1553)
Néologismes, expressions et jeux de mots >>> Projet Voltaire.

L'ordonnance de Villers-Cotterêts (Rédigée par le chancelier Guillaume Poyet)
En 1539, François 1er (1494-1547) institue le français (langue d'oïl) comme langue administrative officielle du royaume :
Article 111. De prononcer et expedier tous actes en langaige françoys.
Et pour ce que telles choses sont souventesfoys advenues sur l'intelligence des motz latins contenuz es dictz arretz, nous voulons que doresenavant tous arretz ensemble toutes aultres procedeures, soient de nous cours souveraines ou aultres subalternes et inferieures, soient de registres, enquestes, contractz, commisions, sentences, testamens et aultres quelzconques actes et exploictz de justice ou qui en dependent, soient prononcez, enregistrez et delivrez aux parties en langage maternel francoys et non aultrement.
Conséquence : la langue d'oc et le breton deviennent des sous-langues. Les collèges de plus en plus nombreux n'enseignent que le latin (langue de l'Église) et le français (langue du roi).

Défense et illustration de la langue française (Texte écrit et publié en 1549)
Des poètes regroupés sous le nom de la Pléiade confient à Joachim Du Bellay le soin de rédiger un manifeste contenant leurs idées pour défendre et enrichir la langue et la littérature françaises.

Le traité de la grammaire française (1550)
Louis Meigret (~1510 ~1558)

L'Académie française (1635)
Fondée par le cardinal de Richelieu, sa mission est de fixer la langue française en en établissant les règles et en la rendant compréhensible par tous.

La Grammaire de Port-Royal (Première édition : 1660)
Ouvrage de Claude Lancelot (1615-1695) et Antoine Arnauld (1612-1694).
Une grammaire générale et raisonnée :
- générale = Exposer les vrais fondements de l'art de parler et expliquer les raisons de ce qui est commun à toutes les langues et des principales différences qui s'y rencontrent.
- raisonnée = Une linguistique cartésienne, une méthode fondée sur l'observation des langues existantes.

La Logique de Port-Royal (Première édition : 1662)
Ouvrage de Antoine Arnauld et Pierre Nicole qui comprend 4 parties : Idées - Jugement - Raisonnement - Méthode.

Dictionnaire de l'Académie française (1694)
Publication de la première édition et première tentative officielle pour donner une norme à l'orthographe.

Le salon philosophique de Mme Geoffrin (1699-1777).
Au fur et à mesure que l'on avance dans le siècle des Lumières, la conversation littéraire devient plus philosophique et politique.
Wikimedia
Lecture de la tragédie L'orphelin de la Chine de Voltaire dans le salon de Mme Geoffrin en 1755.
Reproduction partielle d'une huile sur toile par Anicet Charles Fabriel Lemonnier - 1812.
Cliquez sur l'image pour découvrir les noms des philosophes, savants et artistes.
Dans son salon, Mme Geoffrin, telle une souveraine, reçoit des hommes politiques, des intellectuels, des artistes et des diplomates pour un divertissement lettré, la recherche d'un bon mot, dans le respect du savoir vivre mondain. Quand les esprits s'échauffent, elle met fin au débat et change de conversation. La langue française est portée au plus haut degré d'excellence. L'élite étrangère, présente dans ces salons, en s'exprimant et en correspondant en français contribue à cette époque à faire de la langue de Molière la langue véhiculaire de l'Europe, quand seulement 15% des Français la parlent correctement.

Mgr Anne-François-Victor Le Tonnelier de Breteuil (1726-1794)
Il publie de nombreux livres liturgiques, rédigés en français et non plus en latin, en prise avec la vie quotidienne du peuple. En 1765, il dote le diocèse de Montauban d'un catéchisme commun à tous.

La Révolution française (1789-1799)
L'enseignement obligatoire :
Élu à la Convention en septembre 1792, Louis-Joseph Charlier se bat pour faire voter un texte qui rend l'enseignement primaire gratuit, laïque et obligatoire. Le texte est voté le 25 décembre 1793, mais il est supprimé l'année suivante par la Convention thermidorienne.

Pour les révolutionnaires, l'ennemi de l'unité de la nation est le patois :

- Rapport du Comité de salut public
Bertrand Barère de Vieuzac déclare le 27 janvier 1794 : " Le fédéralisme et la superstition parlent bas-breton; l'émigration et la haine de la République parlent allemand; la contre-révolution parle italien et le fanatisme parle basque. "
Et l'Assemblée décrète que toutes les communes non francophones devront entretenir un instituteur de langue française.
- Le rapport de l'Abbé Grégoire
Le décret du 30 Vendémiaire de l'an II (17 novembre 1794) ordonne que l'instruction doit être faite en langue française dans tous les départements de la République.
Le patois est désormais la langue des ignorants, des superstitieux et des prêtres.

Commission du Dictionnaire (1805)
Elle a pour fonction de préparer le travail des Académiciens. Depuis l'an 2000, pour accélérer le travail, la Commission examine une partie du Dictionnaire pendant que les Académiciens en étudient une autre.

Lettre des préfets des Côtes du Nord et du Finistère à M. de Montalivet, ministre de l'Instruction publique (1831)
Il faut "par tous les moyens possibles, favoriser l'appauvrissement, la corruption du breton, jusqu'au point où, d'une commune à l'autre, on ne puisse pas s'entendre [...]. Car alors la nécessité de communication obligera le paysan d'apprendre le français. Il faut absolument détruire le langage breton."

Loi Guizot (1833)
François Guizot (1787-1874), alors ministre de l'Instruction publique dépose une loi afin d'organiser l'enseignement primaire :
- Article 9 : Toute commune est tenue (...) d'entretenir au moins une école primaire élémentaire.
- Article 11 : Tout département sera tenu d'entretenir une école normale primaire (...).

Loi Falloux (1850)
Cette loi complète la loi Guizot en rendant obligatoire la création d'une école de filles dans toute commune de plus de 800 habitants. (En 1867, Victor Duruy dépose une loi qui fixera le seuil à 500.)

Enquête de Victor Duruy (1864)
Victor Duruy (1811-1894), ministre de l'Instruction publique adresse aux préfets un questionnaire afin de mieux connaitre la situation de l'enseignement primaire. Extrait :
" Nombre des écoles où l’enseignement est donné en totalité en patois ? En partie seulement ?
  Combien d’enfants savent le parler sans pouvoir l’écrire ?
  Quelles sont les causes qui s’opposent à une prompte réforme de cet état de choses ?
  Quels sont les moyens à employer pour le faire cesser. Joindre au rapport un fragment du patois ou de l’idiome avec la traduction littérale. "
Les réponses font apparaître que :
- dans le Bas et le Haut Rhin, le nombre de communes dans lesquelles la langue française n'est pas encore parlée est à peu près identique à celui des communes dans lesquelles le français est d'usage général.
- si dans le Finistère, environ 8 habitants sur 10 ne parlent pas le français; dans les Côtes du Nord et le Morbihan, le français et le breton sont également parlés.
- c'est en Occitanie que l'on trouve le plus grand nombre de communes où l'on parle peu ou pas le français.

Traité de Francfort (1871)
Après la défaite française lors de la guerre franco-prussienne, le territoire de l'"Alsace-Lorraine" est cédé à l'Empire allemand.
Dans les Contes du Lundi, Alphonse Daudet témoigne d'une des conséquences de cette perte à travers La Dernière Classe (la nouvelle est ici lue par Fernandel) :
" - Mes enfants, c'est la dernière fois que je vous fait la classe. L'ordre est venu de Berlin de ne plus enseigner que l'allemand dans les écoles de l'Alsace et de la Lorraine. Le nouveau maître arrive demain. Aujourd'hui, c'est votre dernière leçon de français. Je vous prie d'être bien attentifs. "
La défaite des troupes françaises amène certains responsables politiques à mettre en cause le rôle de l'école (les soldats qui ne parlaient pas le français ne comprenaient pas les ordres de leurs officiers) et à œuvrer pour un enseignement gratuit et obligatoire dans tout le pays.

Jules Ferry (1832-1893)
Plusieurs fois ministre de l'Instruction publique, il attache son nom aux lois scolaires.
- Arrêté du 6 janvier 1881 :
" Le français sera seul en usage dans l'école. "
- Arrêté du 28 juillet 1882 - Programme des écoles - Section des enfants de 5 à 6 ans :
" Exercices oraux - Questions très familières ayant pour objet d'apprendre aux enfants à s'exprimer nettement; corriger les défauts de prononciation ou d'accent local. "
- Extrait de la circulaire du 17 novembre 1883 adressée aux instituteurs qui par omission montre bien que dans les textes officiels la question de la langue est secondaire et l'usage du français évident :
" La loi du 28 mars (1882) se caractérise par deux dispositions qui se complètent sans se contredire : d'une part, elle met en dehors du programme obligatoire l'enseignement de tout dogme particulier ; d'autre part, elle y place au premier rang l'enseignement moral et civique. L'instruction religieuse appartient aux familles et à l'Église, l'instruction morale à l'école. "

Les langues régionales à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle
Officiellement l'école est là pour enseigner le français.
Officieusement, il y a débat sur le parler et l'usage du patois. Un système répressif ou tolérant ?
- Le signal (ou symbole - un objet, une pièce de monnaie par exemple) passait de main en main à titre punitif pour sanctionner l'enfant qui prononçait un mot de patois. Cette méthode (parfois critiquée par les instituteurs ou encouragée par les parents) a contribué à donner une image négative de l'école.
- Certains instituteurs faisaient comme si le patois n'existait pas; les élèves apprenaient alors le français par immersion. Et d'autres proches de leurs élèves par leurs origines culturelles pratiquaient un enseignement bilingue pour amener progressivement l'élève à découvrir le français.

Arrêté ministériel de Georges Leygues (1901)
Georges Leygues (1857-1933), alors ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts, est le premier à proposer l'idée de tolérances orthographiques, notamment sur l'accord ou le non-accord du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir. Mais l'arrêté ne sera jamais appliqué... En 1976, le ministre de l'Éducation nationale, René Haby, annexe dans son arrêté une nouvelle liste des tolérances grammaticales et orthographiques. (Voir au bas de la page : Sources et ressources)

Ferdinand Brunot (1860-1938) - Linguiste et professeur d'histoire de la langue française.
- Grammaire historique de la langue française (1886).
- Histoire de la langue française des origines à 1900. Les premiers volumes sont publiés à partir de 1905.
- Entre 1905 et 1909, il rédige divers rapports appelant à la simplification de l'orthographe française.
- En 1911, Ferdinand Brunot crée, avec l'aide d'Émile Pathé (1860-1937) qui fournit des appareils d'enregistrement, les Archives de la parole. (Documents Gallica)
Discours
Cliquez sur le disque pour écouter le discours d'inauguration.
- La pensée et la langue (1922).
- Observations sur la grammaire de l'Académie française (1932) où il juge insuffisante la grammaire de l'Académie.

Néologismes et néo-français
- Louis Ferdinand Céline (1894-1961) : Dictionnaire Céline.
- Raymond Queneau (1903-1976) : Dans ses écrits, il utilise deux formes de langue ; le français-langue morte et le néo-français. >>> Persée / A. Doppagne - 1972.

Loi Deixonne (1951)
Cette loi visait deux objectifs : défendre la langue française et protéger les langues régionales. Le système éducatif qui avait contribué à détruire les patois devient alors le moyen d'une reconquête des langues régionales et charge le Conseil supérieur de l'Éducation nationale (créé en 1946) de " rechercher les meilleurs moyens de favoriser l’étude des langues et des dialectes locaux dans les régions où ils sont en usage. "

Haut comité pour la défense et l'expansion de la langue française (1966)
Ce comité est créé par Charles de Gaulle. Il devient le Haut comité de la langue française en 1973, puis la Délégation générale à la langue française en 1989 qui est renommée en 2001, la Délégation générale à la langue française et aux langues de France pour prendre en compte les langues régionales.

Loi Haby (1975)
" un enseignement des langues et des cultures régionales peut être dispensé tout au long de la scolarité. "

Circulaires Savary  (juin 1982 et décembre 1983)
Ces circulaires organisent les enseignements des langues et cultures régionales de la maternelle à l’université, autorisent les expérimentations, telles les ouvertures de classes bilingues et créent des postes de conseillers pédagogiques.

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (1992)
Par cette charte les états membres du Conseil de l'Europe reconnaissent les langues régionales ou minoritaires en tant qu'expressions de la richesse culturelle.
En France, le processus de ratification qui débute en 1999 fait apparaitre la nécessité d'une révision de la Constitution.
En juin 2015, François Hollande annonce le dépôt d'un projet de loi constitutionnelle permettant la ratification de la charte. En octobre, le Sénat vote une motion de rejet...

Jack Lang (né en 1939) - Ministre de l'Éducation nationale d'avril 1992 à mars 1993 et de mars 2000 à mai 2002.
Communiqué du 7 janvier 1993 : " l'enseignement bilingue est une des voies les plus prometteuses pour le renouveau des langues en France. "

Loi du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française (Jacques Toubon est alors ministre de la Culture et de la Francophonie) - Article 1 :
Langue de la République en vertu de la Constitution, la langue française est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France.
Elle est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics.
Elle est le lien privilégié des États constituant la communauté de la francophonie.

Les écoles Diwan : En juillet 2002, le Conseil d'État suspend l'intégration (souhaitée par Jack Lang) des écoles Diwan dans le Service Public.

La transmission et l'apprentissage des langues régionales.
Une cinquantaine d'années après la loi Deixonne, la transmission d'une langue régionale par la famille est de moins en moins courante. Les parents d'élèves demandent donc à l'école d'assurer cette fonction, voire de rendre obligatoire son enseignement.
En 2002, environ 250 000 élèves de la maternelle à la terminale sont concernés par l'enseignement d'une langue régionale. Les langues régionales d'Alsace et la langue d'oc sont les plus enseignées suivies par le breton et le corse.
Paradoxalement, suite à la mobilité croissante des populations, le nombre de Français pratiquant une langue régionale ne cesse de diminuer.

Wiktionnaire (2004)
Ce dictionnaire francophone libre et gratuit crée le 22 mai 2004, soit plus de 3 ans après Wikipédia, est un projet collaboratif publié sous une licence permettant la modification et l'utilisation de ses contenus.

Le latin et les poissonniers
Depuis le 13 décembre 2014 le poissonnier est dans l'obligation d'afficher le nom scientifique des poissons, coquillages et crustacés.

Nous écrivons de plus en plus. Chaque minute :
- 510 000 commentaires sont postés sur Facebook.
- 98 000 tweets sont publiés.
- 168 millions de mails sont envoyés.



Sources et ressources :
Sur ce blog :
Parlez-vous français ? Leçon n° 1, sur les origines du mot "Boche".
Parlez-vous français ? Leçon n° 3, le mot "Kakemphaton".
Parlez-vous français ? Leçon n° 4, le mot "Alexipharmaque".
Parlez-vous français ? Leçon n° 5, le mot "Sérendipité".
Avec un Z comme... L'ordre analphabétique.
Le Petit Brigitte Abécédaire de mots ardus.

Ailleurs sur Internet :
ABC de la langue française : Histoire - Argot - Français familier et populaire.
Académie française : DIRE, NE PAS DIRE.
Ballade médiévale : L'évolution du pouvoir politique de Jules César à Philippe le Bel.
Canal Académie : Langue française
Charivari à l'école : Partage de ressource pour enseigner.
Qui est Charivari ?
Une informaticienne, reconvertie en 2007 pour devenir prof des écoles.
CIEP : Centre International d'Études Pédagogiques. Opérateur public de référence des ministères chargés de l'éducation et de l'enseignement supérieur, principal partenaire opérateur du ministère des affaires étrangères pour la langue française, il contribue à la réflexion dans le domaine de la coopération internationale en éducation.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France.
Formation de la langue française par Bernard Bouillon.
Histoire de la langue française par Jacques Leclerc.
Historique de l'orthographe française et de ses réformes. Voir aussi Contre une réforme de l'orthographe : En 1889, l'inspecteur général de l'Instruction publique Félix Hément s'indigne contre des réformes annoncées de l'orthographe.
Institut de la parole : L'Institut de la Parole, créé par Philippe Bilger, magistrat honoraire et consultant judiciaire, propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique.
La fabrique d'une nation - La France entre Rome et les Germains par Claude Nicolet.
La langue de la diplomatie : Arte - Karambolage 437, 24 juin 2017.
La nouvelle orthographe... dans l'enseignement... au quotidien... pour les professionnels de l'écriture.
Les polices d'écriture : Pour mettre de l'ordre dans vos publications !
Origine et formation de la langue française - Albin d'Abel de Chevallet (1812-1858)
- Volume 1.   - Volume 2.   - Volume 3.
Politique linguistique de la France.
Qu'est c'que tu m'jactes ? : Une émission de France Inter sur l'argot des cités avec Aurore Vincenti. "Je ne parle pas la langue que j'explique, mais justement, j'aime ce qui est loin de moi."
Un dessin vaut mieux qu'un long discours - Wingz.

" En relisant ta lettre je m'aperçois que l'orthographe et toi, ça fait deux..."



Enregistrer un commentaire